Visite d'entreprise

Accueil / Visite d'entreprise
Accueil / Visite d'entreprise

Visite d'entreprise

Visite d'entreprise avec la Secrétaire d'Etat en charge de la Recherche scientifique, Fadila Laanan

La Secrétaire d’Etat en charge de la Recherche scientifique, Fadila Laanan, rencontrera dans le courant des prochains mois plusieurs entreprises innovantes à Bruxelles.

Ces visites s’inscrivent dans la phase de préparation de la réforme des dispositifs de soutien à l’innovation. Le but de cette réforme est de renforcer l’adéquation du soutien aux spécificités bruxelloises d'une part, et d’optimiser les synergies avec les autres institutions régionales pour maximiser l’effet de levier du soutien aux entreprises d'autre part. 

Les résultats seront présentés dans le courant de l’automne. 

 

Visite 3ELe 8 juin 2015, la Secrétaire d'Etat en charge de la Recherche scientifique, Fadila Laanan, a découvert les locaux de 3E , en compagnie de son CEO, Geert Palmers.

Lors de cette rencontre elle s'est forgé une vision des activités de ce bureau d'étude en énergie renouvelable, efficacité et stratégie énergétique.
Le développement de 3E confirme l'impact positif de la politique menée par la Région bruxelloise en matière de soutien à l’innovation.

3E  est une entreprise technologique proposant des services de conseils et des outils logiciels en énergie renouvelable et efficacité énergétique. Elle est basée dans le centre de Bruxelles (Quai à la Chaux, 6) et emploie environ 100 experts issus de 20 nationalités différentes. La société a réalisé des projets dans plus de 40 pays.

SynaptiqGeert Palmers, CEO de 3E : « Bruxelles offre plusieurs avantages pour une PME comme 3E. Premièrement, sa situation nous aide à attirer d'excellents spécialistes d'origines différentes. Deuxièmement, nous éprouvons une politique régionale d'innovation forte et stimulante, ce qui est crucial pour maintenir notre position concurrentielle à l'échelle internationale. »

Pendant la visite, Fadila Laanan a observé une démonstration du logiciel "SynaptiQ". Cette plateforme permet un monitoring multi-site de grands parcs éoliens ou photovoltaïques. L’outil est une des solutions de pointe sur le marché, apportant des millions d’Euros d'amélioration de performance aux clients de 3E au cours de la durée de vie de leurs parcs. À l'heure actuelle, la plateforme est reliée à plus de 2000 installations dans 15 pays, principalement en Europe et en Afrique.

Fadila Laanan: « Cette visite s'inscrit dans mon programme de rencontres avec les entreprises bruxelloises innovantes. Nous préparons en ce moment une réforme de nos dispositifs de soutien à l'innovation afin de renforcer leur adéquation aux spécificités bruxelloises. Il s'agit  aussi d'optimiser les synergies avec les autres institutions régionales pour maximaliser l'effet de levier du soutien aux entreprises. Nous vous en présenterons les résultats au courant de l'automne. 

Grâce au soutien à la recherche, au développement et à l'innovation, nous avons l'ambition de  faire émerger, sur le territoire bruxellois, des leaders mondiaux dans des secteurs de pointe. Avec mon administration, Innoviris, je suis fière de soutenir la compétitivité des PME bruxelloises, en particulier dans le secteur de l'énergie qui est actuellement en pleine mutation. »

Pour rester compétitif, 3E doit continuer à investir dans de nouveaux services et produits, en ligne avec les futurs besoins du marché de l'énergie.
Actuellement, Innoviris soutient 3E dans la création de la prochaine génération du logiciel SynaptiQ. Ceci comprend des méthodes avancées pour améliorer la performance des parcs. En outre, une série d'investissements dans l’ICT se fera en mettant l'accent sur l'évolutivité, et la prochaine génération de capacités d'interaction du software.

Outre le développement de logiciels, Innoviris a également joué un rôle décisif dans la création d'une nouvelle entité de 3E, à savoir XANT.Xant

XANT propose des éoliennes innovantes de taille moyenne (50-500 kW), développées pour des applications hors réseau. Alex De Broe, CEO de XANT: « XANT n'aurait pas existé sans le soutien et l'encadrement d’Innoviris. Nous avons reçu différents types de support: non seulement le financement de la Recherche et le Développement dans la phase d'innovation à haut risque, mais aussi un soutien financier pour le développement de la stratégie de l'entreprise (via le programme Spin-off in BXL) et le soutien à la protection de la propriété intellectuelle par le dépôt du brevet. Cette contribution a vraiment accéléré l’introduction de l’éolienne sur le marché. »

Geert Palmers: « La politique d'innovation régionale était et demeure cruciale pour 3E. Innoviris a joué un rôle de facilitateur important dans le développement de l'entreprise au cours des dernières années. »
 

La secrétaire d'État bruxelloise en charge de la Recherche scientifique, Fadila Laanan, s'est rendu mardi sur le Solvay Campus, le siège social du groupe chimique belge à Neder-Over-Heembeek. Tant la secrétaire d'État que l'entreprise ont souligné l'importance de nouer des partenariats, notamment en matière de recherche et développement.Solvay

Cette visite sur le Solvay Campus, un site de 22 ha où travaillent 180 des quelque 1.950 chercheurs que compte le groupe chimique, a permis à Mme Laanan de visiter une unité de recherche en matière de nouveaux polymères.

La secrétaire d'État a également pu prendre connaissance des solutions mises au point par Solvay pour la réalisation de l'avion solaire « Solar Impulse », actuellement lancé dans un tour du monde de 35.000 km.

 

« Il est important d'aller sur le terrain et de rencontrer des entreprises et chefs d'entreprises pour discuter avec eux de leurs besoins », a expliqué à l'issue de cette visite la secrétaire d'État bruxelloise qui travaille actuellement à l'élaboration d'un Plan en matière de recherche scientifique à Bruxelles. 

Solvay2La secrétaire d'État et des responsables de Solvay ont aussi évoqué la question du renforcement des partenariats entre l'entreprise et diverses universités. « Ce sont deux mondes qui restent trop cloisonnés. On essaie d'approfondir les partenariats pour que ces deux mondes puissent se renforcer. On peut aussi imaginer des partenariats entre une entreprise bruxelloise et une université étrangère », a souligné Mme Laanan.

Enfin, cette dernière a dit espérer que Solvay, qui est « un ambassadeur pour notre pays », puisse soutenir davantage encore l'emploi des jeunes bruxellois, notamment dans le cadre de la Garantie jeunesse, par exemple par le biais de stages.

Du côté de Solvay, on se dit ouvert à divers partenariats, notamment en matière de recherche, ce qui permet d'enclencher « le cercle vertueux de l'innovation ».

Le groupe collabore d'ailleurs déjà avec plusieurs universités, à Bruxelles, ailleurs dans le pays et aux quatre coins du monde, et accueille sur son campus de Neder-Over-Heembeek une start-up spécialisée dans les polymères ainsi que plusieurs co-entreprises.

 

Source: Belga